Guide de la mélée et de la touche

Guide de la mêlée

Une bonne mêlée est le résultat de plusieurs facteurs. C’est un effort collectif des 8 avants qui oeuvrent ensemble pour créer un pack uni, compact et puissant.
Voici les pré requis pour une bonne mêlée :

  1. Le poids. Les avants doivent être des joueurs lourds, costauds. Si votre pack est bien plus lourd que le pack adverse cela peut vous procurer un avantage conséquent.
  2. La force et la technique. Une bonne poussée requiert beaucoup de force et de la technique. Selon la position dans la mêlée vos joueurs auront plus ou moins besoin de l’une et de l’autre de ces caractéristiques, comme par exemple le talonneur qui nécessite d’avoir un bon niveau de technique pour subtiliser le ballon sur les introductions adverses.
  3. L’harmonie. La première ligne est la fondation de la mêlée et détermine la stabilité de la mêlée durant la poussée et à l’impact. Les premières lignes doivent donc avoir des tailles sensiblement identiques. Des écarts trop important de taille mettent en péril l’équilibre de la mêlée et peut vous faire perdre des ballons. Le talonneur doit être plus petit que ses deux piliers qui eux, doivent être plus petits que vos secondes lignes.

Les deux secondes lignes doivent également avoir des tailles proches l’un de l’autre pour garantir une bonne mêlée. Une différence de taille entre deux joueurs d’une même ligne peut engendrer une perte d’efficacité de la mêlée.

Un dernier facteur peut être déterminant dans l’opposition des deux packs. Il s’agit de la taille des premières lignes. Plus ils sont petits et plus la mêlée est efficace. Vous avez tout intérêt à posséder des piliers et un talonneur plus petits que vos adversaires.

Les positions

  • Les piliers – Ils sont la clé de voûte de la mêlée. Ils doivent être puissants. Une bonne technique est également requise puisque la mêlée n’est pas qu’une opposition de force. La technique du pilier est notamment nécessaire pour prendre l’avantage sur le pilier adverse à l’impact en plaçant son bras de façon adéquat.
  • Le talonneur – le talonneur est très important dans une mêlée. Ce poste nécessite une bonne technique pour talonner vers l’arrière un ballon sur une introduction adverse et ainsi voler la possession. La force ne doit pas être négliger pour pousser la mêlée adverse et gagner l’introduction en faisant reculer le pack adverse.
  • Les secondes lignes – Ils ont besoin de force en priorité, la technique n’est pas aussi essentielle que pour les premières lignes.
  • Le troisième ligne centre - Comme les secondes lignes le numéro 8 doit avoir un bon niveau de force. Mais leur technique leur permet de bien guider le pack et de le garder compact. Son effort lors de la poussée n'est pas significatif du fait de sa position centrale à l'arrière de la mêlée.
  • Les flankers – Bien qu’ils ne soient pas déterminants dans l’exercice de la mêlée, ils ne doivent pas pour autant être mis de côté. Ils peuvent être le facteur X qui fera la différence entre deux packs similaires. Ils nécessitent de la force et davantage de technique.

Guide sur la touche

Une bonne touche est caractérisée par 3 facteurs clés :

  1. La qualité du lancé. Elle est déterminée par la capacité du talonneur à bien maîtriser le ballon.
  2. Le saut. La capacité d’un sauteur à gagner un ballon en touché dépend de sa taille et sa caractéristique en saut. une bonne maîtrise de la balle permet aux sauteurs de contrôler la balle dans les airs.
  3. La qualité des soutiens. La plupart des lancés implique que le sauteur soit soutenu dans les airs. Plus les soutiens sont grands, et plus le sauteur sera maintenu haut dans les airs pour gagner la touche. Les soutiens doivent également posséder des bons niveaux de force et de technique.

Les cibles prioritaires des lancés sont les deux secondes lignes, mais quelques lancés sont ciblés vers d’autres avants pour tromper les sauteurs adverses. Les piliers sont uniquement chercher sur des lancés à 5 mètres pour assurer la possession de balle.

Tous les avants sont susceptibles de soutenir les sauteurs. Pour les lancés courts ce sont les piliers qui soutiennent les secondes lignes, mais pour des lancés longs ou moyens n’importe quelle combinaison peut être fait entre les secondes et troisièmes lignes selon le sauteur. Il existe deux types de lancés pour lesquels le receveur n’est pas soutenu. Il s’agit des lancés à 5 mètres qui sont destinés aux piliers en début d’alignement et les lancés en queue d’alignement pour le numéro 7 ou le numéro 8.

L’équipe qui lance le ballon est toujours avantagé par rapport aux sauteurs adverses. Une équipe s’appuie sur un code qui définit plusieurs combinaisons pour que les sauteurs sachent où le talonneur prévoit de faire son lancé. C’est déterminant dans le positionnement du sauteur et dans le timing. Si votre alignement gagne des touches sur lancés adverses c’est le signe que votre touche est bien synchronisée et plus efficace que l’alignement adverse.

Pour finir, il peut arriver que sur des lancés adverses l’équipe qui défend décide de ne pas contester le lancé et préfère organiser sa défense pour écrouler le maul ou pour mettre la pression sur le porteur adverse grâce aux flankers.


Chapitre traduit de l'anglais par Grumly

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License